S’il y a une organisation qui inspire respect et admiration, c’est bien Touba Ca Kanam. Entre pragmatisme et autonomie, organisation et méthodes, l’organisation soulage Touba. Retour sur la success story de Touba Ca Kanam.

L’approche peut paraître simple, mais il fallait le faire, avancer, en corrigeant au fur à mesure. Touba Ca Kanam n’a même pas eu besoin de temps d’adaptation pour se greffer à l’arsenal organisationnel de la communauté mouride. Au four et au moulin, cette organisation est toujours présente quand Touba a un besoin. De l’assainissement à l’électricité, en passant par les infrastructures, Touba Ca Kanam ne sait pas se ménager. Comme on peut lire sur sa page Facebook, cette organisation bien ancrée dans l’orthodoxie, reste en phase avec la modernité. Créée en 2017 sous le Ndiguel du Khalife General des Mourides Cheikh Sidy Mokhtar MBAKE, Touba Ça Kanam a pour seul et unique objectif, le développement de la ville sainte de Touba selon les principes de son fondateur le vénéré Cheikh Ahmadou Bamba.

Financement participatif

Mame Mbaye Syll, Touba ca Kanam

Avec des chantiers de titan sur toute l’année, la question qui se pose est comment l’organisation se finance-t-il ?

« Nous finançons nos activités grâce aux cotisations des fidèles. Si nous arrivons à avoir 2 millions de personnes qui participent à hauteur de 1000 francs CFA, nous récoltons 2 milliards de francs CFA le mois et 24 milliards en une année. Ce qui nous permet de dérouler nos programmes. La cotisation des fidèles mourides constitue notre unique source de financement », répond Mame Mbaye Syll,  secrétaire général et responsable administratif de Touba Ca Kanam.

Poursuivant, il révèle que Touba ca kanam intervient beaucoup dans les projets d’assainissement de la ville sainte qui connaît une fulgurante croissance démographique. C’est pour cette raison, dit-il qu’ils ont lancé, l’année dernière, l’opération « Defar yone yi » entamée le 8 août 2020. « Nous y avons investi 2 milliards de francs CFA et les  travaux se poursuivent avec un réseau d’assainissement doté d’une station de pompage d’une capacité de 500 mètres cubes par heure, raccordée au réseau de l’Onas. Touba ca kanam a également assaini le marché Ocass dont le réseau est maintenant fonctionnel », a-t-il expliqué.

Lire la suite dans LeMagazine