La première pierre du pont de Rosso a été posée par les présidents Macky Sall et Mohamed Ould El-Ghazaouan : le dernier maillon manquant de l’axe routier Dakar-Nouakchott.

D’un coût global de 57,4milliards FCFA, le pont de Rosso a été financé par la Banque européenne d’investissement, de l’Union européenne (un don d’environ 13,1 milliards de francs CFA), du Fonds d’appui au développement, de la Banque africaine de développement et de contributions des deux Etats, le Sénégal (682,19 millions de francs CFA) et la Mauritanie (2,29 milliards de francs CFA). La cérémonie de pose de la première pierre a vu la présence du président sénégalais Macky Sall et de son homologue mauritanien Mohamed Ould El-Ghazaouani.

Le pont de Rosso d’une longueur de sur 1.461 mètres aura une largeur de 14,55 mètres et des routes d’accès. Aussi, il permettra d’assurer la circulation des personnes 24 heures sur 24, et d’améliorer les conditions de passage et de traversée de la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie. Ce projet,

« En plus de constituer une passerelle stratégique et économique entre la Mauritanie et le Sénégal, l’infrastructure servira de trait d’union entre l’Europe et l’Afrique subsaharienne »,  a fait savoir le gouvernement sénégalais dans un communiqué.

L’objectif général du  projet est de contribuer au renforcement de la coopération et de l’intégration en Afrique par la réduction des chaînons manquants du Corridor Transafricain N°1 (Le Caire-Dakar).

« Avec le pont Sénégambie que nous avons financé, le pont de Rosso vient compléter le maillon manquant des corridors Tanger Lagos Alger Dakar. C’est un bel exemple de coopération avec nos partenaires de BEI et de l’UE », a déclaré Solomon Quaynor, vice-président de la BAD à cet effet.

Le projet devrait en outre permettre d’accompagner la croissance que connaît la zone du projet et l’évolution rapide de la circulation commerciale entre les deux pays, d’une part, et de la croissance des échanges entre les pays de la région de l’Afrique du Nord et de l’Afrique de l’ouest d’autre part. La ville de Rosso bénéficiera, avec l’implantation de ce pont, de beaucoup de retombées, à savoir des aménagements, avec la réhabilitation de plusieurs écoles, la construction d’un marché moderne, d’une gare routière, la réalisation de 65 kilomètres de routes bitumées, de pistes rurales pour désenclaver les rizières, d’infrastructures de santé.